Pour enseigner comment interagir en contexte, nous vous proposons de participer à la prochaine école d'été ECODIC sur l'exploitation didactique des corpus oraux, du 28 août au 1er septembre à Lyon
CLAPI-FLE, plateforme de CLAPI dédiée à l'enseignement Nous contacter,    Pour citer cette page : CLAPI-FLE,http://clapi.icar.cnrs.fr/FLE


Marqueurs
Trop
Quand même

Pragmatique
Les remerciements
Le discours rapporté
Les atténuateurs
Les questions

Syntaxe
Les temps verbaux

Fiche Explicative "La question d'un point de vue pragmatique : les fonctions, les formulations, les réalisations linguistiques"

Auteure : Carolina León Roa - Master DDL, Université Paris 8
Relectrices : Élodie Oursel - MCF Paris 8, Carole Etienne - IR Cnrs


Emplois
Un énoncé à la structure interrogative est une question mais toutes les questions n'ont pas une structure interrogative. La prosodie avec une intonation montante ou la mise en relief (*) de certains termes peut permettre d'identifier la question, sinon sans structure interrogative ni prosodie ni saillance, c'est le contexte, les regards ou les postures qui permettent d'établir qu'il s'agit bien d'une question. La question attend donc une réponse et elle permet de demander à son interlocuteur (de faire) quelque chose, d’obtenir des informations de son destinataire de s’informer sur les circonstances d’un évènement, de demander la signification ou de clarifier un terme ou les sens d’un énoncé, d'un discours (Ravazzolo, Traverso, Jouin, Vigner, 2015). Nous pouvons distinguer les questions selon leur formulation, leur fonction et leur réalisation linguistique.

Dans cette fiche, nous allons présenter les types de questions les plus fréquentes en interaction du point de vue de la pragmatique :

1. Les questions de type "rituel": Les questions peuvent être présentées comme des énoncés rituels dans les échanges du quotidien. (salutations, invitations, transactions commerciales, prises de rendez-vous…). Dans les commerces "ça sera tout", "vous voulez un sac" sont des rituels offrant un service supplémentaire après ou avant la transaction de paiement. (Ravazzolo, Traverso, Jouin, Vigner, 2015) .

2. Les questions introductives : Ce type de questions permet au locuteur d’introduire un sujet en utilisant une phrase d’accroche qui va capter l'attention de ses interlocuteurs avant de poursuivre son développement. Dans le cas des visites guidées, les guides vont par exemple introduire la visite dans son ensemble ou un nouveau thème par une question pour susciter l'intérêt des visiteurs avant de donner des explications. Ces questions appellent généralement un développement.

3. Les questions négatives : Une phrase interrogative peut prendre une forme négative: ce type de questions nie un ou plusieurs éléments lors d’un échange. Les questions négatives se basent généralement sur ce qui s’est passé avant donc sur l'aspect séquentiel de l'interaction. Elles orientent l’interlocuteur vers des réponses "si, mais non". Ces questions appellent un développement (une explication d’un itinéraire, l’apport d’informations...) mais peuvent aussi marquer l'étonnement.

4. Les questions de type "requête" : La question requête permet de demander à l’interlocuteur (de faire) quelque chose. Ce type de questions peut prendre une forme indirecte "est-ce que vous pourriez… "accompagnées de formes de politesse "s’il vous plaît/s’il te plaît" ou au contraire garder un format déclaratif. Ce type de question est plus fréquent lors des prises de rendez-vous, des interactions commerciales, des invitations…

5. Les questions de type "reprise" : Les reprises permettent de relancer ce que l’on vient de demander pour amener l’interlocuteur à intervenir, elles sont liées à ce qui vient juste de se passer donc à l'aspect séquentiel de l'interaction. Ce type de questions peut reprendre une idée qui vient d’être exposée ou bien permettre de vérifier, de valider ce qui précède. La reprise permet également aux locuteurs d’ajuster leurs connaissances et de montrer ainsi que les nouvelles informations véhiculées dans le discours sont intégrées et deviennent partagées. (Andre 2006).

6. Les questions de compréhension : Il s'agit d'une question qui demande au locuteur de répéter ou de clarifier ce qui vient d'être dit, par exemple s'il y avait du bruit ou si l'interlocuteur ne répond pas.

7. Bibliographie

(*) Par mise en relief, on entend la prononciation plus forte de certaines syllabes ou de plusieurs mots pour marquer l'insistance. La mise en relief permet de mettre en valeur, d'accentuer ce que l’on est en train de dire, de défendre ou de réfuter.

Dans chacun des exemples, vous trouverez en italique le contexte de l'extrait et à la suite les explications concernant la question, l'audio ou la vidéo sont accessibles en cliquant sur leur icône juste avant la transcription où la formulation des questions figure en violet et les réponses en gras.


1. Les questions de type "rituel"
Les questions peuvent être présentées comme des énoncés rituels dans les échanges du quotidien. (salutations, invitations, transactions commerciales, prises de rendez-vous…). Dans les commerces "ça sera tout", "vous voulez un sac" sont des rituels offrant un service supplémentaire après ou avant la transaction de paiement. (Ravazzolo, Traverso, Jouin, Vigner, 2015) .

Lexique
- ça va , ça va et vous
- ça sera tout
- vous allez bien


Registre
Formel (Le vouvoiement marque la formalité dans les échanges) ou informel.

Prosodie
La forme de question privilégiée dans le français parlé en interaction est l’intonation montante. Cependant, les questions de type rituels "vous allez bien", "ça va et vous" portent une ligne mélodique neutre.

Marqueurs spécifiques
Ils sont parfois utilisés dans des énoncés contenants "alors", "mais", "donc", "ben", "bon ben", "hein" et "voilà"

Multimodal
- Les salutations peuvent être accompagnées de gestes supplémentaires: faire la bise, sourire, serrer la main,….
- Dans un commerce, ce type de questions peut s’accompagner de la manipulation d’objets.

Multiculturel
"Les rituels facilitent la vie interactionnelle en raison de leur caractère "prêt à l’emploi". Pour l’apprenant de la langue étrangère, ils peuvent être sources d’incompréhension, de désarroi, de surprise ou d’amusement. Ils sont en tout cas une clé irremplaçable pour l’entrée dans la langue et culture étrangère". (Ravazzolo, Traverso, Jouin, Vigner, p. 158)
Exemple 1.1 - Corpus : Apéritif entre ami(e)s – chat
Description : Salutations à l'arrivée des amis

Explication : Question totale - Intonation montante
Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1JULah salut
2CLAsalut
3JULcoucou ça va↑
4CLAça va et toi↑
 
Exemple 1.2 - Corpus :Conversations familières – visites, Q4
Description : Lors d’une conversation familière en famille, la mère (M) demande des nouvelles au copain de sa fille (S)

Explication : Question totale - Intonation montante, les mêmes termes que ceux de la question la s`maine est finie sont repris par S dans sa réponse mais avec une intonation descendante.

Audio (wav)
Transcription (docx)
1Malors ça y est↑ ça va↑
2Sça va
3Mla s`maine est finie↑
4Sla s`maine est finie↓
 
Exemple 1.3 - Corpus : Interactions pendant la tournée de facteurs, Facteur-m1
Description : Pendant la tournée d'une factrice en milieu rural, elle salue un monsieur et lui demande de ses nouvelles.

Explication : Question totale - sans intonation montante , la demande de la factrice "vous allez bien" est suivie de la réponse du monsieur ça va qui enchaine immédiatement avec la même question "et vous"

Audio (wav)
Transcription (docx)
1Factricebonjour monsieur Gontran
2Clientbonjour madame
3Factricevous allez bien
4Clientça va et vous
 
Exemple 1.4 - Corpus : Interactions commerciales - bureau de tabac presse, Tabacco
Description : Dans un bureau de tabac, la buraliste rend la monnaie puis propose un sac au client..

Explication : Question totale- Intonation montante, on relève la formulation "vous voulez" pour proposer quelque chose.

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1BEAcinquante (.) je suis désolée mais j'ai pas de billet de
2cinquante alors je vais vous rendre que des pièces (.)
3tenez à moins que (1.0) cent (1.3) et deux cents
4Clientmerci
5BEAvous voulez un sac↑
6(0.9)
7Clientnon ça va ça va


2. Les questions introductives
Ce type de questions permet au locuteur d’introduire un sujet en utilisant une phrase d’accroche qui va capter l'attention de ses interlocuteurs avant de poursuivre son développement. Dans le cas des visites guidées, les guides vont par exemple introduire la visite dans son ensemble ou un nouveau thème par une question pour susciter l'intérêt des visiteurs avant de donner des explications. Ces questions appellent généralement un développement.

Prosodie
- Les morphèmes interrogatifs indiquent qu’il s’agit d’une question,
- L’intonation peut varier, elle n’est pas toujours un indicateur.
- Dans l'exemple 2.3 de la visite guidée, la guide met l’accent, insiste sur le mot châtaigner.
- Dans la langue parlée en interaction : les critères morphosyntaxiques et prosodiques peuvent s‘avérer insuffisants pour indiquer les questions. Il est donc nécessaire de considérer le contexte discursif et la valeur pragmatique de l’énonce pour déterminer s’il s’agit véritablement d’une question. (Ravazzolo, Traverso, Jouin, Vigner, p. 57)

Multimodal
Dans la visite guidée, ce type de question est accompagné par des mouvements des mains et des pointages.

Multiculturel
On n’hésite pas à regarder l’interlocuteur pour capter son attention.



Exemple 2.1 - Corpus : Visites guidées – manoir, Guide 2
Description : La guide donne des détails sur les objets du quotidien et interroge les visiteurs sur l'un d'eux.

Explication : La guide sollicite les visiteurs avec une question partielle est-ce que est-ce que tout le monde sait à quoi ça sert

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1Guidequi dit art de vivre dit euh menus objets de quotidien
2c'est pourquoi vous avez ici (.) ((désigne la table les
3bras ouverts)) la vaisselle la table est prête (0.9) à
4défaut d'avoir à manger (.) ((se tourne et pointe les
5cuivres)) les cuivres de cuisine euh au-dessus de moi
6est-ce que est-ce que tout le monde sait à quoi ça sert
7Visiteur1oui
8Visiteuseà bassiner les lits
9(0.2)
10Visiteur1bassiner les lits
11Visiteusechauffer les lits
12Visiteur2c'est pour
13Visiteur2les les marrons les
 
Exemple 2.2 - Corpus : Conversations familières – visites, Clodif Q4
Description : Lors d’une conversation familiale, les locuteurs se mettent d'accord sur une date et un endroit où déposer des chéquiers que la locutrice (M) mère de (C) va aller chercher pour sa fille qui ne veut pas les recvoir par la poste comme le suggère son copain (S).

Explication : Question totale-Intonation montante, la mère (M) vérifie qu'ils seront bien présents dimanche pour leur laisser les chéquiers avec "vous montez dimanche" prononcés avec une intonation montante et précédé du marqueur "enfin", le père (P) reprend la même question dans le tour suivant en ajoutant le tag "non".
On observe au passage l'expression imagée je fais faire un cirque à mes parents qui signifie "je complique beaucoup la vie de mes parents".

Audio (wav)
Transcription (docx)
1Cc'est pas évident (inaud.)
2Pben je vais leur demander
3Csi vous passez quoi
4Moh ben ça m'étonnerait que ton père (inaud.)
5P(inaud.)
6Stu demanderais qu'il te l'enverrait à la poste (1.1) comme
7 moi
8Couais (0.9) parce que je fais faire un cirque à mes parents
9Shm
10(1.5)
11Squand tu le reçois à la poste
12Mouais c'est plutôt enfin vous montez dimanche↑
13Pvous montez dimanche non
14 (0.4)
15Son les laissera sur la table
16Sinaud.
17Couais mais enfin si il (inaud.) c'est pas évident
18Psi vous montez dimanche
 
Exemple 2.3 - Corpus : Visites guidées – manoir, Guide
Description : Lors de la visite guidée d'un manoir, la guide demande aux visiteurs s'ils connaissent la particularité d'une essence de bois le châtaigner

Explication : La guide les sollicite avez "alors vous savez" dans une question partielle.

Audio (wav)
Transcription (docx)
1Guidealors vous savez quelle est la particularité du
2châtaigner peut-être((rires))
3Visiteureuh::: non
 
Exemple 2.4 - Corpus : Invitation pour une soirée, extrait CLAPI-FLE-8
Description : Un jeune homme (SAL) appelle son ami (ALI) et lui demande ce qu'il fait ce soir avant de lui proposer une sortie en ville, ce procédé est fréquent en France avant de procéder à l'invitation proprement dite en ligne 7.

Explication : Question partielle, la formulation directe tu fais quoi ce soir" est utilisée dans les registres informels et peut précéder une invitation.

Audio (wav)
Transcription (docx)
1SALallô
2ALIallô oui
3SALouais salut ça va
4ALIça va bien et toi
5SALouais ça va super dis-moi euh tu fais quoi ce soir↑
6ALIce soir
7SALouais parce que en fait on allait sortir moi emmanuel et
8manon on allait sortir pour euh boire un coup et tout
9en ville donc je sais pas si ça te dirait de venir


3. Les questions négatives
Une phrase interrogative peut prendre une forme négative: ce type de questions nie un ou plusieurs éléments lors d’un échange. Les questions négatives se basent généralement sur ce qui s’est passé avant donc sur l'aspect séquentiel de l'interaction. Elles orientent l’interlocuteur vers des réponses "si, mais non". Ces questions appellent un développement (une explication d’un itinéraire, l’apport d’informations...) mais peuvent aussi marquer l'étonnement.

Grammaire
-Structure négative (ne ...pas). Cependant, à l’oral l’emploi de la particule "ne" n’est pas obligatoire que le registre soit formel ou informel.

Lexique
Les mots de la négation "ne ...pas" ou simplement "pas".

Prosodie
L’intonation est généralement montante. Dans l'exemple (3.1), la locutrice manifeste un ressenti en posant la question "tu n’aimes pas beaucoup" à la suite du "non merci".

Multiculturel
La question négative est typique de la langue française et pose des problèmes de compréhension et des interrogations sur la réponse attendue: faut-il répondre en employant la forme négative ou affirmative ?


Exemple 3.1 - Corpus : Bielefeld, Conversation à table 0-30
Description : Dans un repas, la locutrice (JAN) demande à (KRI) si elle n'aime pas beaucoup le plat comme elle n'en reprend pas.

Explication : Question totale - Intonation montante, l'intonation montnate permet d'identifier qu'il s'agit bien d'une question et non d'un commentaire, la questions négative appelle une réponse que "KRI" justifie par le fait qu'elle n'a plus assez faim.

Audio (wav)
Transcription (docx)
1JANest-ce que tu veux encore un petit peu non
2KRInon merci
3JANtu n'aimes pas beaucoup↑
4 (0.6)
5KRIoui mais plus faim
6JANça suffit
7KRImerci
 
Exemple 3.2 - Corpus : Apéritif entre ami(e)s – rupture
Description : Lors d'un apéritif, la locutrice (ALB) arrive et la locutrice (JUS) lui demande si elle ne s'est pas trompée d'étage, on relève "plantée" qui remplace "trompée" dans un regsitre familier .

Explication : Question totale – intonation montante, JUS utilise une question négative à laquelle (ALB) répond par un "ça va" qui signiefie qu'elle ne s'est pas trompée.

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1JUS((très aigu)) coucou
2ALB bonjour
3 ((rires))
4JUSça a été pour l'étage (.) tu t'es pas plantée↑
5ALBça va
 
Exemple 3.3 - Conversations familières – visites, Clodif Q4
Description : Dans une conversation familière en famillle, il y a une description d'itinéraire où le père (P) demande à sa fille (C) si c'est loin de l'endroit où ils sont

Explication : Question totale, la question négative demande une confirmation de son impression que confirme sa fille (C) par un "oui" qui signifie "oui c'est pas loin d'ici"

Audio (wav)
Transcription (docx)
1PEmile Zola (.) cours Emile Zola (.) c'est pas loin d'ici↑
2Coui (.) c'est pas très dur pour y aller (.) vous reprenez
3 là derrière (.) vous continuez tout droit là (.) la rue Vallon
 
Exemple 3.4 - Corpus : Réunion de conception en architecture, Mosaic
Description : Dans une réunion de modification d'un batîment, les architectes discutent des options et l'architecte (C) demande si une des options a été chiffrée.

Explication : Question totale, la question négative demande une confirmation de l'absence de chiffrage que le marqueur "hein" renforce.

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1Chein c'est ça mais pour l'instant on est pas encore très
2 finement (0.4) dans des coupes et autres (.) donc euh
3 pour voir si on peut récupérer des espaces euh dans les
4 toits qui qui qu'on n'aurait pas encore euh bien (.) appréhendés
5 (0.2)
6Chein
7Ly avait éventuellement au-dessus de ça
8 (0.2)
9Ltu sais y a les problèmes de de poutres
10Coui
11 (0.4)
12Lenfin de
13Coui il a fait l'option parce qu'il a bien tout regarde il
14 avait envie de faire on n'a pas la coupe de ça↑ hein
15L m- euh non
16C non
 
Exemple 3.5 - Corpus : Réunion de conception en architecture, Mosaic
Description : Dans une réunion de modification d'un batîment, les architectes discutent de l'emplacement des sanitaires dont la porte ne doit pas trop se voir.

Explication : Question totale, la question négative demande une confirmation de l'absence de chiffrage que le marqueur "hein" renforce.

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1M.ts et tu veux faire un accès directement comme ça plut-
2 pas plutôt aux s- aux sanitaires restaurant pas plutôt
3 par le passage
4C ben j'aimerais bien euh que on voit pas trop la porte des
5Mce serait
6Csanitaires là non
7c'est pas mieux↑
8Mhm
9Cs-
10Mmais c'est pas très
11Cparce que les gens quand tu vas arriver ici si tu vois les
12Mhm
13Cportes du sanitaire ça c'est
 
Exemple 3.6 - Corpus : Réunion de travail entre publicitaires - Lyon saxe
Description : Dans une réunion entre publicitaires où ils font le point sur les personnes à rencontrer, le locuteur (JEB) indique qu'il y a un problème avec une personne, son collègue (FAB) demande des explications .

Explication : Question totale, la question négative permet au locuteur (FAB) de demander quels arguments la personne à donner pour justifier son refus avec "il t'a pas dit pourquoi".

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1JEBil veut apparaître au nom enfin y a pas de problème
2 à ce qu'on le cite mais il veut pas y aller
3 (1.5)
4SOPah ouais
5FABet pourquoi (.) il t'a pas dit pourquoi
6JEBnon
7 parce qu'ils le connaissent sous une autre casquette euh
8 bon une autre époque euh un autre truc euh ((JEB renifle))
 
Exemple 3.7 - Conversations téléphoniques en entreprise, Assurances
Description : Dans une interaction téléphonique d'une compagnie d'assurance médicale, après les salutations l'appelant attire l'attention de l'assistante par une question avant d'expliquer son problème concernant le remboursement des frais limités à la chambre seule .

Explication : Question totale, l'appelant utilise une question négative vous savez pas la nouvelle là pour accentuer ce qui lui arrive plutôt que l'exposer de manière habituelle comme elle le fait ensuite dans les lignes 4 à 6. L'assistante répond à sa question par une question qu'est-ce qui vous arrive.

Audio (wav)
Transcription (docx)
1Assistanteoui bonjour madame
2Appelantbonjour (inaud.) vous savez pas la nouvelle là
3Assistantequ'est-ce qui vous arrive
4Appelantje viens d'app- euh ((rires)) on vient de m'appeler
5du Bois de l'os en me disant que + le fax qu'on leur a
6envoyé ils prenaient absolument pas- ils prenaient en
7charge juste le prix de la chambre


4. Les questions de type "requête"
La question requête permet de demander à l’interlocuteur (de faire) quelque chose. Ce type de questions peut prendre une forme indirecte "est-ce que vous pourriez… "accompagnées de formes de politesse "s’il vous plaît/s’il te plaît" ou au contraire garder un format déclaratif. Ce type de question est plus fréquent lors des prises de rendez-vous, des interactions commerciales, des invitations…

Grammaire
La question peut s’accompagner du conditionnel mais aussi de temps du passé (imparfait, participe passé) alors que la demande est en train d'être formulée donc devrait être au présent, c'est le cas pour l'imparfait de politesse "je voulais".

Lexique
- est-ce que vous pourriez
- s'il vous plaît
- t’en veux, tu en veux
- je voulais, je voudrais, j'aurais voulu


Registre
Formel ou informel

Prosodie
L’intonation n’est pas toujours montante car la formulation "est-ce que" permet d’identifier qu’il s’agit d’une question. Dans certaines interactions, la mélodie est donc très proche de l’énoncé déclaratif ou neutre. (exemple 4.7)

Multimodal
Ce type de questions peut s’accompagner de pointages, de regards, de la manipulation d’objets (exemples 4.5, 4.6, 4.7).


Multiculturel
Elle peut être accompagnée de la formule de politesse "s’il vous plaît"/"s’il te plaît" mais pas systématiquement (exemple 4.4)

Exemple 4.1 - Corpus : Conversations téléphoniques en entreprise, Artisans
Description : Au cours d'un appel téléphonique à un artisan, l'assistante demande à l'appelant de rappeler à un autre moment car l'interlocutrice concernée est absente.

Explication : Question totale, la formulation "est-ce que" suivie du conditionnel adoucit la demande que fait l'assistante de rappeler en début d'après-midi car l'interlocutrice est actuellement absente

Audio (wav)
Transcription (docx)
1Appelantbonjour madame je vous appelle euh + j'ai reçu un
2devis de votre part euh concernant des travaux de
3menuiserie je m'appelle madame Aliza
4Assistanteoui je- je suis la fille de madame randol et elle
5 n'est pas là pour l'instant
6Appelantd'accord
7Assistanteest-ce que vous pourriez rappeler en tout début
8d'après-midi
9Appelanteuh non je pourrais pas rappeler mais je j'es-
10j'essayerais de rappeler demain
 
Exemple 4.2 - Corpus : Conversations familières – visites, Clodif Q4
Description : Dans une conversation en famille, la fille (C) demande un service à ses parents aller chercher des chéquiers .

Explication : Question totale, la formulation "est-ce que" suivie du conditionnel et de "éventuellement" adoucit la demande de service que la fille (C) fait à sa mère (M).

Audio (wav)
Transcription (docx)
1Cil a tout fait un collage (.) dessus enfin il a tout
2Pqui c'est qui a fait ça
3Mben oui modifié quoi
4doudou
5Cdoudou tu sais le petit (.) le mec de doudoune (.) enfin ça
6 paraît évident (1.5) ah (0.7) pendant que j'y pense
7Mqu'est-ce que tu voulais nous dire- me dire tout à l'heure
8déjà au téléphone
9Ceuh ouais (.) est-ce que vous pourriez demain demander
10éventuellement si mes carnets de chèque sont arrivés (0.6)
11j'ai plus un seul chéquier et j- c'est pas évident inaud.
12Mben je vais leur demander

 
Exemple 4.3 - Corpus : Interactions commerciales, Boulangerie rurale
Description : Au cours d'un achat en boulangerie, la cliente redemand ele prix qu'avait déjà donné la boulangère.

Explication : Question totale, la cliente formule sa question en utilisant la troisième personne combien elle m'a dit alors que la boulangère est en face d'elle et non pas "combien vous m'avez dit".

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1Vendeusealors huit quarante↑ s'il vous plaît
2Clienteramenez (.) et s- si il suffit de mettre une caméra c'est
3 c'est bon
4Vendeuseal-
5MARmaman
6Boulanger((rires))
7Vendeusedans mon sac (.) derrière (0.8)
8Clientecombien elle m'a dit
9Vendeusehuit quarante s'il vous plaît
 
Exemple 4.4 - Corpus : Interactions commerciales Bureau de tabac presse, Tabacco
Description : Au cours d'un achat dans un bureau de tabac, la buraliste demande quel type de produit souhaite le client.

Explication : Question alternative, la buraliste formule directement sa question avec le nom des deux produits et la conjonction "ou".

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1Clientbonjour
2un paquet de Camel filtre s'il vous plaît
3Buralistedes box ou des souples
4Clientsouples
 
Exemple 4.5 - Corpus : Apéritif entre ami(e)s – chat
Description : Au cours d'un apéritif entre amis, la locutrice (CLA) propose à ses amis de se resservir.

Explication : Question ouverte, la locutrice propose à ses amis de se resservir avec la formulation directe "t'en veux d'autres" .

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1CLAencore euh t'en veux d'autres↑
2JUL[ah: c'est gentil______]
3JEA[j'en ai déjà pris donc] ouais j'en veux bien d'autres
 
Exemple 4.6 - Corpus : Interactions commerciales, Boulangerie rurale
Description : Au cours d'un achat en boulangerie, la cliente demande une baguette courte, la vendeuse confirme le choix.

Explication : Question totale, la cliente formule sa requête au présent sans intonation interrogative, la vendeuse confirme en répétant le choix suivi deu marqueur "voilà" .

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1Clientebonjour
2Vendeusebonjour
3Clienteet puis je veux une baguette (.) courte
4Vendeusecourte (0.4) voilà
 
Exemple 4.7 - Corpus : Interactions commerciales Boulangerie rurale
Description : Au cours d'un achat dans un bureau de tabac, la buraliste demande quel type de produit souhaite le client.

Explication : Question alternative, la buraliste formule directement sa question avec le nom des deux produits et la conjonction "ou".

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1Vendeusebonjour
2Clientebonjour
3(0.8)
4Clienteje voudrais une flûte farinée et une baguette longue
5(5.9) ((VE1 prépare la commande))
6Vendeusealors euh ((VE1 calcule à la calculatrice)) euh deux
7 quinze s'il vous plaît


5. Les questions de type "reprise"
Les reprises permettent de relancer ce que l’on vient de demander pour amener l’interlocuteur à intervenir, elles sont liées à ce qui vient juste de se passer donc à l'aspect séquentiel de l'interaction. Ce type de questions peut reprendre une idée qui vient d’être exposée ou bien permettre de vérifier, de valider ce qui précède. La reprise permet également aux locuteurs d’ajuster leurs connaissances et de montrer ainsi que les nouvelles informations véhiculées dans le discours sont intégrées et deviennent partagées. (Andre 2006).

Lexique
- Vous avez fait quoi
- c'est quoi ça


Prosodie
Lors de la présence de morphèmes interrogatifs ou de la formulation "est-ce que", l’intonation peut être proche de l’énoncé déclarative ou neutre.

Exemple 5.1 - Corpus : Débat sur l'immigration, TP d'étudiants
Description : Pendant un TP, l'enseignante (ENS) relance la réponse d'une étudiante (ETU) en attirant son attention sur l'actualité et ce se passe au parlement.

Explication : Question totale, la formulation de l'enseigannte "est-ce que vous savez ce qui se passe ..." amène une réponse partielle de l'étudiante que l'enseignante cherche à faire développer par une deuxième question "est-ce que c'est uniquement ..." ou uniquement sous-entend qu'il y a une autre réponse.

Audio (wav)
Transcription (docx)
1ENSvous voyez pas sur quoi on débat ah bon la lecture
2du texte vous a pas euh
3ETUpas franchement non
4ENSpas franchement est-ce que vous savez de quoi ils de quoi
5on discute en ce moment au parlement
6ETUouais sur les lois sur l'immigration
7ENSoui est-ce que c'est uniquement sur les lois sur
8l'immigration
9ETUouais sur la nationalité
 
Exemple 5.2 - Corpus : Apéritif entre ami(e)s, Glasgow
Description : Dans une conversation entre amies, (PAT) demande à son amie (JUD) ce qu'elle a fait pendant son voyage.

Explication : Question partielle, la formulation "vous avez fait quoi là-bas" est une autre forme pour dire "Qu'est ce que vous avez fait là-bas" qui est beaucoup plus fréquence à l'oral où on reprend la phrase en ajoutant le pronom relatif à la fin.

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1JUDc'était trop trop beau
2PAT et vous avez fait quoi là-bas
3JUDalors on a fait quoi (.) donc déjà bé le on est parti le
4JUDsamedi
5PAThm
6JUDdonc le samedi on a roulé toute la journée on a fait Glencoe
7 (0.8) la route euh des Highlands quoi

 
Exemple 5.3 - Corpus : Apéritif entre ami(e)s - chat
Description : Dans un apéritf, le locuteur (JEA) explique qu'il a fait du couchsurfing, ses amis lui demandent des explications.

Explication : Question partielle, on relève la formulation "c'est quoi ça" qui est utilisée dans le sens de "qu'est ce que c'est" .

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1LAUj'ai profité d'un système qui s'appelle le couchsurfing
2JEAet
3JULouais
4 ((rire))
5JEAc'est quoi ça
6CLAc'est quoi
7LAUet ça (.) je te laisse expliquer
 
Exemple 5.4 - Corpus : Apéritif entre ami(e)s - rupture
Description : Au cours d'un achat dans un bureau de tabac, la buraliste demande quel type de produit souhaite le client.

Explication : Question alternative, la buraliste formule directement sa question avec le nom des deux produits et la conjonction "ou".

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1JUSdonc du coup voilà alors vous avez fait quoi aujourd'hui
2(.) Francheville papa maman
3ALBouais Francheville papa maman moi j'ai fini mon rapport
3d'étonnement voilà
 
Exemple 5.5 - Corpus : Bielefeld, Conversations privées
Description : Dans une conversation sur la scolarité, (AGN) demande combien d'années à l'université (IRM) doit encore faire .

Explication : Question partielle, la locutrice formula sa demande avec "encore combien" pour évaluer où (IRM) en est de son parcours universitaire.

Audio (wav)
Transcription (docx)
1MARelle a deux ans au lycée et puis après c'est l'université
2AGNencore d- il lui reste encore deux ans (0.6) à faire au
3lycée (0.3) et toi encore combien d'années à
4IRMquatre
5MARquatre ans
6AGNquatre ans
7IRMouais
8MARet après l'université
9IRMoui


6. Les questions de compréhension
Il s'agit d'une question qui demande au locuteur de répéter ou de clarifier ce qui vient d'être dit, par exemple s'il y avait du bruit ou si l'interlocuteur ne répond pas.

Marqueurs spécifiques
"hein", "comment", "pardon" lorsque le locuteur n’entend pas la question posée.

Prosodie
L’intonation est généralement montante et peut s'accompagner d'une mise en relief en insistant quand la question est répétée.

Exemple 6.1 - Corpus : Interactions commerciales, Fromagerie
Description : Dans une fromagerie, un vendeur demande à son collègue des précisions sur un fromage "les monts d'or", celui-ci n'entend pas et le vendeur donc renouvelle sa question

Explication : Question partielle, la formulation de la vendeuse "... ils sont comment↑" est fréquente à l'oral où comment est situé en fin de phrase ici avec une intonation montante, son collègue n'entend pas sa demande et elle la reformule à l'identique.

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1Vendeur2et les monts d'or ils sont comment↑
2 (0.9)
3hein
4Vendeur2les monts d'or ils sont comment↑
5(0.9)
6Vendeur1bah j'ai enfin à part qu'ils sont blancs et qu'il faut
7qu'on les mette j'ai pas je les ai pas tâtés
 
Exemple 6.2 - Corpus : Interactions commerciales, Fromagerie
Description : Dans une fromagerie, une cliente demande un fromage, la vendeuse répond de manière ironique "c'est un bon endroit pour prendre un fromage" mais la cliente n'entend pas et lui demande ce qu'elle vient de dire, elles plaisantent sur le choix.

Explication : Question partielle, la cliente monter qu'elle n'a pas entendu en utilisant "comment" avec une intonantion montante.

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1Clientbonjour\ j'aurais voulu un fromage
2Vendeuseun fromage/ c'est un bon endroit pour choi- pour prendre un
3fromage
4((petit rire))
5Clientcomment↑
6Vendeusec'est un bon endroit pour prendre un fromage
7Clientbah oui ((rires)) on peut en prendre plusieurs hein
8 [c'est vrai] qu'on a l` choix
9Vendeuse[celui-là/]

 
Exemple 6.3 - Corpus : Interactions commerciales, Fromagerie
Description : Dans une fromagerie, le vendeur reproche à son apprenti de ne pas éteindre les lumières, il ne l'entend pas, il réitère sa remarque.

Explication : Question totalle, l'apprenti utilise "comment" pour montrer qu'il n'a pas entendu, on remarque que le vendeur reformule sa remarque avec une dislocation à gauche qui met l'accent sur "les lumières" dans "les lumières (.) tu les laisses euh facilement allumées".

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1Vendeurj'ai déjà remarqué aussi (.) tu éteins pas facilement
2tes lumières
3Apprenticomment
4Vendeurles lumières (.) tu les laisses euh facilement allumées
5 (.) euh comme dans les toilettes euh dans la xxx là-bas la
6 zone de la plonge
7Apprentiah oui
 
Exemple 6.4 - Corpus : Consultations chez les dentistes
Description : Au cours d'une consultation chez un dentiste, la patiente demande au dentiste quand il prend ses congés, il n'a pas entendu, elle réitère sa demande.

Explication : Question partielle, le dentiste exprime qu'il n'a pas entendu avec pardon produit en intonation montante, on remarque que la patiente utilise la forme "vous prenez quand vos vacances" au lieu de "quand prenez vous vos vacances" où elle place le pronom interrogatif non pas au début mais avant l'objet de sa demande "vos vacances" .

Audio (wav)
Transcription (docx)
1Patientevous prenez quand vos vacances↑
2Dentistepardon↑
3Patientevous prenez quand vos vacances↑
4Dentistetrois dernières semaines de de août (.) ça y est j'ai
5 résolu mon- là je me fais opéré j'ai une hernie
6donc euh
 
Exemple 6.5 - Corpus : Réunion de conception en architecture, Mosaic
Description : Dans une réunion entre architecte autour des points phones, l'architecte (M) ne comprend pas ce que sa collègue (L) lui dit.

Explication : Question partielle, l'architecte manifeste qu'il n'a pas compris avec le marqueur "hein".

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1Mils ont (0.3) ils ont ça dans l- dans les hôtels maintenant
2Coui
3Ctravail au rez de chaussée
4Lou le point phone
5Mhein
6Lle point phone
7Mpoint phone euh
8Cvoilà là
9Mfun ou phone ((petit rire))
7. Bibliographie
Andre, V. (2006). Construction collaborative du discours au sein de réunions de travail en entreprise: de l’analyse micro-linguistique a l’analyse socio-interactionnelle. Le cas d’un parc départemental de l’équipement. Volume I (Thèse du Doctorat en Sciences du langage. Université Nancy 2 Ecole Doctorale "Langage, Temps, Société"
Champagne-Muzar, C., et Bourdages, J. (1998). Le point sur la phonétique. Paris : CLE International
Mathieu Avanzi, "Rattachement et fragmentation de la syntaxe par la prosodie", Travaux de linguistique 2010/1 (n° 60), p. 145-166.
Lorenza. M. "Organisation multimodale de la parole-en-interaction : pratiques incarnées d'introduction des référents", Langue française 2012/3 (n°175), p. 129-147.
Santiago, F. Systèmes prosodiques et acquisition d'une L2 : production et perception des mouvements mélodiques en français et en espagnol. Linguistique. Université Paris Diderot (Paris 7) Sorbonne Paris Cité; Laboratoire de Linguistique Formelle (CNRS), 2014. Français.
Santiago, F. (2012). La didactique de la prononciation de L2 et la perception auditive : vers une nouvelle approche. Synergies Mexique, (2), 57-70
Ravazzolo, E., Traverso, T., Jouin E., Vigner., G : Interactions, dialogues, conversations: l’oral en français langue étrangère. Hachette 2015 Champagne-Muzar, C., et Bourdages, J. (1998). Le point sur la phonétique. Paris : CLE International.