CLAPI-FLE, plateforme de CLAPI dédiée à l'enseignement Nous contacter,    Pour citer cette page : CLAPI-FLE,http://clapi.icar.cnrs.fr/FLE


Marqueurs
Trop
Quand même

Pragmatique
Les remerciements
Le discours rapporté
Les atténuateurs
Les questions

Syntaxe
Les temps verbaux

Fiche Explicative "Les procédés d'atténuation"

Auteure : Carolina León Roa - Master DDL, Université Paris 8
Relectrices : Élodie Oursel - MCF Paris 8, Carole Etienne - IR Cnrs


Emplois
De manière générale, les atténuateurs minimisent la force d’un énoncé. "L’un des domaines en lien avec la compétence pragmatique est l’utilisation des atténuateurs. Les atténuateurs renvoient à l’ensemble des procédés employés par le locuteur pour réduire les risques et les obligations résultant de son acte de langage (Meyer-Hermann & Weingarten cités dans Thaler, 2008 : 195)". (Bae et Park, 2013 : 65).
On relève différents procédés d’atténuation que peuvent employer les locuteurs pour réduire les risques et les obligations des actes de langage; mais aussi préserver une image positive de son interlocuteur, de ne pas le mettre dans l'embarras ou en difficulté. Les atténuateurs adoucissent donc l’expression de la volonté du locuteur pour ne pas imposer ses propos.

Une deuxième fiche "Fiche Explicative Les atténuateurs: fonctions pragmatiques" détaille les différentes fonctions des atténuateurs.

On peut identifier différents procédés qui peuvent être utilisés séparément ou se combiner pour cumuler leurs effets :

1. L'emploi de modalisateurs : Les modalisateurs permettent au locuteur de pondérer ses propos, voire parfois de préciser qu'il en est l'auteur. Les modalisateurs peuvent prendre différentes formes grammaticales: des verbes comme "vouloir", "pouvoir", des expressions verbales : "il me semble que", "je pense/crois/trouve/suppose/ai l’impression que" ou des adverbes : "pas trop", "un peu", "juste", "peut-être", "probablement". Ils peuvent venir renforcer l’atténuation de la formulation de l’acte (Kerbrat-Orecchioni, 1992).

2. L'emploi de formules de politesse: La politesse est "un ensemble de procédés que les locuteurs mettent en œuvre pour valoriser l’autre, ou du moins ne pas trop le dévaloriser". (Kerbrat-Orecchioni, 1992 : 242). Les atténuateurs participent donc au discours de politesse, qui permet de réduire les menaces et de préserver la face des interlocuteurs. Dans les formules de politesse, on relève :
- 2.1 Les constructions indirectes : ces marqueurs de politesse sont caractéristiques du français comme le mode conditionnel: "est-ce que vous pourriez". On va généralement employer le conditionnel au lieu de l’impératif afin de se montrer poli. (Kerbrat-Orecchioni, 1992).
- 2.2 L’imparfait de politesse : "composé des emplois qui sont des demandes faites par le biais d’une forme assertive" (Anscombre, 2004 : 76)
Ces formules de politesse peuvent s’accompagner de "s’il vous plaît", "s’il te plaît" mais pas systématiquement.

3. Le recours à une explication ou à une argumentation : ce procédé permet au locuteur de justifier ce qu’il est en train de dire, de défendre, de réfuter, etc. Le locuteur peut donc développer une opinion, une idée en utilisant "parce que", "donc en fait", "non mais", "oui mais", "ben non" suivi d'un développement au lieu de refuser de manière abrupte avec une simple négation

4. L'introduction d'une blague : On n’utilise pas le procédé d'atténuation pour rire mais on peut par contre utiliser le rire pour atténuer ses propos dans un objectif pragmatique.

5. Pour aller plus loin ...

Dans chacun des exemples, vous trouverez en italique le contexte de l'extrait et à la suite les explications concernant l'usage des atténuateurs, l'audio ou la vidéo sont accessibles en cliquant sur leur icône juste avant la transcription où les atténuateurs figurent en violet et les marqueurs associés en gras.


1. L’emploi des modalisateurs
Les modalisateurs permettent au locuteur de pondérer ses propos, voire parfois de préciser qu'il en est l'auteur. Les modalisateurs peuvent prendre différentes formes grammaticales: des verbes comme "vouloir", "pouvoir", des expressions verbales : "il me semble que", "je pense/crois/trouve/suppose/ai l’impression que" ou des adverbes : "pas trop", "un peu", "juste", "peut-être", "probablement". Ils peuvent venir renforcer l’atténuation de la formulation de l’acte (Kerbrat-Orecchioni, 1992).

Grammaire
- Modalisateurs adverbiaux et verbaux
-Minimisateurs

Lexique
"un peu", " un petit peu", " un tout petit peu", "je veux juste", "pas trop", "un peu trop", "à mon avis", "je pense", "peut-être"

Registre
Informel et formel

Prosodie
L’intonation est généralement neutre mais saillance dans "un tout petit peu"

Marqueurs spécifiques
Ils sont parfois utilisés dans des énoncés contenants "alors", "mais", "donc", "ben", "bon ben", "hein" et "voilà"

Multimodal
Ces procédés d’atténuation peuvent être accompagnés de mouvements des mains, de regards, de hochement de tête et de la manipulation d’objets (1.1, 1.3, 1.5, 1.7, 1.9)

Multiculturel
- Ces procédés d’atténuation sont typiques de la langue française et très fréquents à l'oral.
- Le "petit" peut-être employé dans une offre de boisson ou d'un aliment même si la quantité ne sera pas forcément petite.
- "Tout ce qui constitue ou caractérise une interaction en site commercial est susceptible de varier lorsque l’on passe d’une culture à une autre" (Kerbrat- Orecchioni et Traverso, 2008 : 26)
- On n’hésite pas à regarder l’interlocuteur pour capter son attention (1.9)
Exemple 1.1 - Corpus : Réunion de conception en architecture – Mosaic
Description : Lors d’une réunion d’architectes, ceux-ci discutent d’un plan concernant la réhabilitation d'un château en centre de séminaires. Ils manipulent des objets (artefacts) en même temps qu’ils parlent : des calques et le plan d’architecture.

Explication : L'emploi de "juste" permet à M de vérifier, de revenir en arrière sur quelque chose qui a été décidé, "un truc" minimalise aussi sa demande.
Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1L[euh ça] c'était aussi la partie contemporaine DANS la cour
2C[c'est là]
3(0.7)
4Mokay:
5(0.7)
6C[donc euh qu` est ici]
7M[je veux juste revoir ] un truc
 
Exemple 1.2 - Corpus :Repas ~ conversations entre étudiants - lyon 2006
Description : Conversation entre deux amies étudiantes, (J et M) qui se déroule chez J pendant le déjeuner. M raconte à J ce qui s’est passé le matin.

Explication : Dans la formulation "un tout petit peu", on trouve deux atténuations où "tout petit" vient renforcer l'atténuateur "un peu".

Audio (wav)
Transcription (docx)
1M donc j'ai filé à l'anglaise quand il était en réunion mais
2 voilà quoi et quand je suis arrivée Élisa elle allait
3 pas bien elle fait une espèce de dépression donc je pouvais
4pas partir comme ça en disant écoute je suis en retard
5je te vois ce soir donc je lui ai un tout petit peu parlé
6(rire)
7Jcomment ça se fait↑
8Mje sais pas mais en fait elle a elle m'a dit qu'elle avait
9une épreuve d'oral d'anglais ce matin et elle y est pas
10allée elle se sentait trop pas bien
 
Exemple 1.3 - Corpus :Apéritif entre ami(e)s - pois
Description : Lors d’un apéritif entre amis, la locutrice JUL demande à ses amis qui viennent de faire du vélo s’ils ont faim.

Explication : "Probablement" est utilisé par JUL au sens de "vous aurez certainement faim" après avoir fait du vélo, elle tourne la tête vers ses interlocuteurs, "un peu" encadré de "ouais" est employé par les deux interlocuteurs ANN et ROM pour confirmer.

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1JULalors vous avez déjà faim↑
2après avoir fait du vélo probablement nan↑
3ANNouais
4ANN[ouais un peu ouais]
5ROM[ouais un peu ouais]
6JUL[((rires))]
7ANNhm
8ROM((rires))
 
Exemple 1.4 - Corpus : Interactions commerciales - bureau de tabac presse, Tabacco
Description : Dans un bureau de tabac, un client XXX demande à la buraliste BEA "qu'est ce tu as" car il trouve qu'elle a l’air d’être fatiguée..

Explication : Dans sa réponse, la buraliste BEA atténue "on s’est couché tard" en employant "un peu tard".

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1XXXqu'est ce t` as xxx t` as l'air bien↓
2BEA ben tu sais on s'est couché un peu tard hier (0.7) alors on
3 s'est levé tôt <c` matin↓ ((en riant))> ((rire))
 
Exemple 1.5 - Corpus : Apéritif entre ami(e)s - chat
Description : Dans un apéritif, l'hôte JUL propose des boissons à ses amis..

Explication : L'hôte JUL emploie "petit" qui accompagne son offre, en français on propose "un petit" pour une boisson ou de la nourriture alors que l'on sert à la personne une quantité normale et pas spécialement une petite quantité, "petit" ne se réfère donc pas à la quantité mais à l'offre elle-même.

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1LAUah oui euh assieds-toi assieds-toi
2JEAnan mais vas-y j` t'en prie
3JULvous voulez un p`tit jus d` fruit↑
4JULvas-y vas-y là
5(1.1)
6CLA((rires))
7JULvous voulez un p`tit jus d` fruit ou un p`tit enfin là
8 j'ai d` la sangria sinon après bah pf on n'a pas
9grand-chose sinon
10JEAi` y avait un truc pas mal euh la guignette euh
11vous avez pas ça non↑
12LAU(inaud.)
13JEAnon j` vais prendre ça ouais c'est pas mal
14JULen fait on n'a plus là main`nant ouais mais la sangria
15d'abord
16JEA[ouais j` veux bien ça ouais]
17JUL[toi tu veux autre chose/ __]
18LAUouais j` prendrai un p`tit whisky euh: sur glace s` te
19plait
 
Exemple 1.6 - Corpus : histoire de la grenouille (frog story) – lyon, Cécile 6.03
Description : L’enfant CHI raconte une histoire et la dame ADT qui fait l’entretien lui demande "tu avais un petit peu peur d` parler dans le micro non".

Explication : Le "un petit peu" est employé pour atténuer, minimiser la peur de l'enfant "tu avais peur de parler dans le micro", elle sauve ainsi la face de l'enfant. Les rires renforcent l’atténuation de la demande.

Audio (wav)
Transcription (docx)
1ADTmerci ((rires))
2ADTt` avais un petit peu peur d` parler dans le micro non↑
3CHI((rires))
4ADTouais
5CHIoui
6ADT((rires))
 
Exemple 1.7 - Corpus : Montage meuble
Description : Deux amies se réunissent pour monter une table en kit dans l'appartement de l'une d'elle. Elles sont en train de déballer les cartons.

Explication : La locutrice MIC utilise "un petit peu" afin d’atténuer "ça va être compliqué" suivi de "je pense" qui expose son ressenti.

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1MICsuis désolée (4.0)
2 ((MIC déballe))
3CLAallez
4(2.6)
5CLAça va pas être comme le lit là↓ ça va être aut` chose
6(1.3)
7MIC ça va être un p`tit↑ peu plus compliqué j` pense mais (.)
8 c'est pas grave↑
 
Exemple 1.8 - Corpus : Débat sur l'immigration - tp d'étudiants , Adi étudiants
Description : Lors d’un débat sur l’immigration en classe, des étudiants parlent des lois sur l’immigration et sur la nationalité (Lois Pasqua et Méhaignerie).

Explication : L’emploi de "un peu trop" permet d’atténuer la force de l’énoncé "trop assimilée" il s'accompagne de "à mon avis" qui montre que le locuteur n'est pas très sûr de lui et expose seulement son ressenti.

Audio (wav)
Transcription (docx)
1CECy'a d'un côté y a les lois Pasqua qui sont sur
2l'immigration `fin si j'ai bien compris
3CGet sur la nationalité aussi y a les [deux (inaud.)
4CGMéhaignerie
5CEC____________________________________[la nationalité et la
6loi Méhaignerie
7CGoui
8CECbon euh la loi Méhaignerie qui était sur le choix
9c'était la
10CGoui oui
11CECvolonté c'est ça
12CGoui oui
13CECa été un peu trop assimilée à mon avis à la loi Pasqua
14qui est plus la fermeture
 
Exemple 1.9 - Corpus : Visites guidées - manoir Guide 2
Description : Dans une visite guidée en Bretagne, la guide GU2 raconte aux visiteurs l’histoire d’une collection d’objets et des personnages historiques du manoir.

Explication : On relève une séquence d’atténuateurs de type modalisateurs :
. "peut-être" évaluatif permet de catégoriser la peinture en gardant des précautions, ce n'est pas forcément la plus connue mais elle est quand même précieuse, elle a une certaine valeur.
. "un peu" descriptif, correspond au mime de la position qu'elle est en train de reproduire
. "un petit peu" quantitatif au sens de "je vous laisse regarder mais pas trop longtemps".


Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1GU2((GU2 marche à reculons)) son œuvre peut-être la plus connue↑
2 c'est le vieux quimpérois ici↓ ((s'arrête devant un tableau
3et pointe)) (0.3) et si vous connaissez monsieur Bertin↓ le
4tableau d'Ingres↓ vous pouvez voir monsieur < ((mime)) assis
5un peu dans cette position-là> et qui a énormément
6d` présence↓ euh on reconnaît bien l'influence sur goy↓
7(1.0) mais j` vous laiss`rai un petit peu euh↓
8(0.6) regarder tout à l'heure↓
 
Exemple 1.10 - Corpus :Interactions pendant la tournée de facteurs, Facteur-m2
Description : Pendant la tournée de facteurs, le facteur remarque que la boîte aux lettres d'un monsieur (C2) fonctionne) à nouveau. en disant "j'ai vu qu'elle marchait un peu mieux la boite aux lettres".

Explication : Le facteur (FH) fait appel à quatre reprises à des procédés d'atténuation :
. "un peu mieux" : dans le sens d'une amélioration.
. "un petit peu" : il permet au facteur de demander si l'usager n'est pas intervenu.
. "peut-être" : il propose une hypothèse, c'est lié au froid.
. "un petit peu" : légèrement


Audio (wav)
Transcription (docx)
1FHj'ai vu qu'elle marchait un peu mieux la (.) la boite aux
2lettres
3C2oui ben j'ai [xxx
4FH_____________[vous l'avez un petit peu non↑
5C2nan j'ai pas [touché là nan nan
6FH_____________[même pas↑
7parce que je l'ai ouvert là pour poser un colis euh nickel
8C2ah ben tant mieux
9 ((rire))
10CECmieux qu'avant c'est peut-être le froid qui l'a un p`tit peu
11[euh
12C2[< ((en riant)) je n` sais pas>
13FHremise en place
14C2d'accord


2.L'emploi de formules de politesse
La politesse est "un ensemble de procédés que les locuteurs mettent en œuvre pour valoriser l’autre, ou du moins ne pas trop le dévaloriser". (Kerbrat-Orecchioni, 1992 : 242). Les atténuateurs participent donc au discours de politesse, qui permet de réduire les menaces et de préserver la face des interlocuteurs. Dans les formules de politesse, on relève :
- 2.1 Les constructions indirectes : ces marqueurs de politesse sont caractéristiques du français comme le mode conditionnel: "est-ce que vous pourriez". On va généralement employer le conditionnel au lieu de l’impératif afin de se montrer poli. (Kerbrat-Orecchioni, 1992).
- 2.2 L’imparfait de politesse : "composé des emplois qui sont des demandes faites par le biais d’une forme assertive" (Anscombre, 2004 : 76) Ces formules de politesse peuvent s’accompagner de "s’il vous plaît", "s’il te plaît" mais pas systématiquement.

Grammaire
- Conditionnel du présent , ainsi que sa forme négative
- Imparfait de politesse
- Modalisateurs
- Question totale avec la forme interrogative "est-ce que"
- Minimisateurs

Lexique
"est-ce que vous pourriez", "s’il te plaît", "peut-être que tu pourrais", "je voulais bien savoir", "peut-être"

Registre
Informel et formel

Marqueurs spécifiques
Ils sont parfois utilisés dans des énoncés contenants "ben", "alors", "euh : hésitation", "bon"

Multiculturel
- Emploi de la formule de politesse "s’il te plaît" ou de "peut-être"
- On relève au passage l'expression "tu peux toujours courir" (exemple 2.2) qui signifie que ce n'est pas possible



Exemple 2.1 - Corpus : Conversations familières – visites, Clodif Q4
Description : Lors d’une conversation familière en famille, la fille (C) demande un service à ses parents.

Explication : La locutrice formule sa requête "est-ce que vous pourriez" en combinant une interrogation directe "est-ce que" avec le conditionnel du présent "vous pourriez" qu'elle atténue à nouveau avec "éventuellement"

Audio (wav)
Transcription (docx)
1Mqu'est-ce que tu voulais nous dire- me dire tout à l'heure
2déjà au téléphone
3Ceuh ouais (.) est-ce que vous pourriez demain demander
4éventuellement si mes carnets de chèque sont arrivés (0.6)
5j'ai plus un seul chéquier et j- c'est pas évident
6Pben je vais leur demander
 
Exemple 2.2 - Corpus : Interactions parents-enfant – léonard
Description : Lors d’une conversation familiale, la mère (Man) demande à sa fille si elle veut une tasse de thé.

Explication : Dans la réponse, la fille (M) emploie "un petit whisky" accompagné de la formule de politesse "s’il te plaît" qui permet d’atténuer sa demande. On note au passage l'expression "tu peux toujours courir" qui signifie que sa requête n'est pas envisageable.

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1ManChère demoiselle ou chère dame je ne sais pas, voulez-vous
2une tasse de thé
3AMais je veux bien c'est très gentil ((rires))
4ManEt toi chère dame
5MUn p`tit whisky pour moi s'il te plait
6ManUn p`tit whisky tu peux toujours courir
 
Exemple 2.3 - Corpus : Bielefeld _ situations de contact – cadre universitaire, Cours de figuration
Description : Cette conversation se déroule entre un professeur et une étudiante lors d’un séminaire à l’université où ils commentent la situation "chez le directeur du foyer" et sa transcription. La locutrice S n’arrive pas à comprendre ce qui se passe, le professeur lui propose donc d’expliquer ce qui lui pose problème.

Explication : Dans la proposition de l'enseignant "alors euh peut-être que tu pourrais nous expliquer où est ton problème", l'emploi du conditionnel "tu pourrais nous expliquer" atténue sa requête ainsi que le marqueur "euh" et le modalisateur "peut-être".

Audio (wav)
Transcription (docx)
1Gmais alors écoute euh: euh (0.5) je préfère qu'on fasse le
2dessin avant puisque nous connaissons tous l'enregistrement
3nous avons lu les transcriptions
4Shm hm
5Galors euh peut-êt` que tu pourrais nous expliquer
6où est ton problème\ (0.5) maintenant
7S((rire))
8G`fin moi je n'a[rrive pas mal mais]
9S_______________[mais je veux com]prendre la l'histoire
10Goui
 
Exemple 2.4 - Corpus : Bielefeld _ situations de contact – divers, Lentilles
Description : Dans une communication exolingue entre une étudiante allemande et un opticien français natif, l’étudiante allemande se renseigne sur les prix des différentes sortes de lentilles de contact. Le vendeur la renvoie à sa collègue qui sera là dans l’après-midi, car elle est absente.

Explication : L’emploi de l’imparfait de politesse "je voulais bien savoir" atténue la forme directe de "combien ça coûte", la locutrice reformule sa requête suivant les mêmes modalités.

Audio (wav)
Transcription (docx)
1STEbonjour monsieur↓ (1.1)
2STEbon je voulais bien savoir comment c'est euh ça coûte les les
3lentilles (0.3) dures pa`ce que j'ai des lentilles dures
4OPToui
5STEet j m` gratte sur une de ça c'est pas si grave mais
6je voulais voulais bien savoir [com
7OPT_______________________________[ah pour ] savoir le prix (.) ah
8 mais c'est madame Calumi qui s'en occupe est absente pour
9ce matin
 
Exemple 2.5 - Corpus : Conversations familières – visites, Navye T5
Description : Lors d’une conversation familiale, le locuteur Y raconte à son amie A qu’on lui a proposé un cours de tennis mais qu’il hésite encore, son amie l'encourage en disant "ben alors vas-y" même si elle ne pourra pas l'accompagner.

Explication : L'emploi du conditionnel du présent à la forme négative "je pourrais pas" atténue le fait qu'elle ne pourra pas l'accompagner même si elle pratique le même sport.

Audio (wav)
Transcription (docx)
1Ytu prends toujours↑ des cours d` tennis↑
2Aouais
3Yc'est bien (.) moi j'hésite justement là (.) j'ai une proposi[tion
4
5A_____________________________________________________________[c'est↑
6très cher hein
7(0.5)
8A[enfin à moins qu` t` aies des trucs
9Y[ouais mais justement↑ à un [prix euh défiant toute concurrence
10A____________________________[ben alors vas-y
11Aben alors vas-y↑ (.) et c'est pas ouvert à l'extérieur/
12Ynon
13Amoi j` pourrais pas y aller↓ [avec toi
14Y_____________________________[non


3. Le recours à une explication ou à une argumentation
Ce procédé permet au locuteur de justifier ce qu’il est en train de faire, de dire ou de réfuter. Il peut donc développer une opinion, une idée en introduisant son argumentation par "parce que", "donc en fait", "non mais", "oui mais", "ben non" au lieu de refuser de manière abrupte avec une simple négation et sans explication.

Grammaire
- Minimisateurs
- Emploi de connecteurs logiques

Lexique
"parce que", "donc en fait", "un petit peu", "oui non mais", "ben non"

Registre
Informel et formel

Marqueurs spécifiques
Ils sont parfois utilisés dans des énoncés contenants "bon", "ben", "alors", "hein"

Multimodal
Ces procédés d’atténuation peuvent être accompagnés de la manipulation d’objets (3.1, 3.2)


Exemple 3.1 - Corpus : Réunion de conception en architecture – Mosaic
Description : Dans une réunion de conception, trois architectes étudient la reconversion d'un ancien château en centre de séminaires.

Explication : La construction "donc en fait" introduit le développement du locuteur (L) qui propose des modifications, "un petit peu" vient atténuer ses remarques ainsi que la construction "c'est vrai que finalement bon".

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1Let donc en fait (.) on regardait un petit peu avec Charles
2 déjà sur euh (0.5) le e- les les fonctionnements
3à l'intérieur
4Mouais
5Let c'est vrai que finalement bon on perd beaucoup de place
6euh (.) avec ces grands couloirs ici tu vois
7Mhm hm
 
Exemple 3.2 - Corpus : Réunion de conception en architecture – Mosaic
Description : Dans une réunion de conception où trois architectes étudient la reconversion d'un ancien château en centre de séminaires, ils ne sont pas d'accord sur les escaliers de secours.

Explication : La construction "oui non mais" permet d’atténuer "il ne sera pas confortable", l’architecte a bien compris l’opinion de son collègue mais il exprime son désaccord.

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1Csi on fait ça↑
2M[hm ]
3L[moi ] y a qu` mon escalier là (j` vais) avoir du mal à
4l` caser mais↓
5(1.5)
6Cmais [si↑ euh ]
7L_____[on va voir↓ ]
8Csi celui-là on se débrouille pour avoir un autre escalier
9d` secours↓ c'est sûr que celui-là c'est une up↓
10(2.0)
11Loui non mais c'est pas sur euh(0.3) i` sera pas très (.)
12confortable↓ (.) c'est tout↓
13(0.6)
14Coh .pf↑ [i`s prennent l'ascen]seur hein
15M________[oui mais ]
16Mouais (0.2) l'ascenseur est là oui↑ les gens vont prendre
17Ml'ascenseur
 
Exemple 3.3 - Conversations familières – visites, Grillage T3
Description : Lors d’une conversation familiale, les locuteurs se mettent d'accord sur un jeu de clefs.

Explication : Le "ben non" permet de ne pas répondre brutalement par une négation et s'accompagne d’une explication "parce qu'en plus…"

Audio (wav)
Transcription (docx)
1Ples clefs (.) pa`ce que au fond on peut [pas y accéder
2A_________________________________________[au fond oui
3Ld'accord
4Anon sérieux j` dis c'est vrai qu` c`te boîte elle est pas
5pratique pour c` genre d` truc (.) parc` qu'on peut voir de
6Lben ou alors j` les garde et vous v`nez [les chercher hein
7A_________________________________________[tut tut
8P↓ben non↑ pa`ce qu'on sait pas t` sais on sait pas
9franch`ment à quelle- (.) pa`ce qu'en plus
10 risque d'y avoir des embouteillages dimanche soir


4.L'introduction d'une blague
On n’utilise pas le procédé d'atténuation pour rire mais on peut par contre utiliser le rire pour atténuer ses propos dans un objectif pragmatique.

Lexique
"désolée" en début de tour

Registre
Informel

Marqueurs spécifiques
Ils sont parfois utilisés dans des énoncés contenants "bah"

Multimodal
Rires avec "bah désolée" dans le premier exemple et saillance sur désolée dans le deuxième exemple


Multiculturel
Dans le premier exemple, la locutrice s'excuse pour ses rires qu'elle ne peut retenir

Exemple 4.1 - Corpus : Apéritif entre ami(e)s – rupture
Description : Lors d’un apéritif entre amis, ARN n’arrive pas à enlever le bouchon d’une bouteille de vin et ses amies s'amusent de la situation.

Explication : En riant, la locutrice JUS s'excuse de s'être moquée de ARN "désolée c'est vraiment très drôle" où la formulation "désolée" est suivie de "c'est vraiment très drôle"

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1ARNla rupture ouais\ (.) nan mais regarde
2JUS< ((en riant)) désolée> c'est vraiment très drôle
3ARNmais c'est d` l'œnologie c'est pour faire entrer un peu
4d'air dans l- pour aérer l` vin [tu vois]
5JUS __________________________[ah: d'accord]
 
Exemple 4.2 - Corpus : Apéritif entre ami(e)s – rupture
Description : Dans un apéritif entre amis, la locutrice JUS demande à ses amis quel film ils vont voir mais elle ne connait pas le film en question.

Explication : La locutrice AZN plaisante quand JUS lui dit ne pas connaitre le film "ah ça fait un point en moins pour toi" et JUS répond "bah désolée".

Vidéo (mp4)
Transcription (docx)
1ALBfaudra pas qu'on loupe notre séance de cinéma du coup euh
2ARNah ouais ↑
3(0.8)
4JUS[vous allez voir quoi↑]
5ALB[dans peu d` temps ___] là mais
6 (0.8)
7ARNle ruban blanc↓
8JUSle quoi↑
9ARNle ruban blanc↓
10JUS(.) c'est quoi ça↑
11ARNah ça fait un point en moins pour toi
12JUSbah désolée je n` connais pas tous les fi- vous
13allez au caméo↑

5.Pour aller plus loin
Les règles de politesse, bien que n’étant pas en elles-mêmes de nature linguistique, méritent bien d’être incorporées à la boite à outils des linguistes, auxquelles elles permettent de rendre compte efficacement d’aspects importants du fonctionnement des langues et des discours. (Kerbrat-Orecchioni pag. 241).
 
"La politesse est un élément crucial dans la communication interculturelle. Les conventions ainsi que les expressions de celle-ci sont différentes selon les langues et les cultures. Étant donné l’écart au niveau linguistique et culturel entre les deux langues et la référence à la langue première et à la culture d’origine". (Bae, J et Park, D, 2013 : 60).
 
La formulation indirecte, qui dégrade en quelque sorte l’ordre en requête, apparaît alors comme un moyen d’atténuer la menace que constitue cet acte de langage, et partant, de mieux faire admettre par le destinataire cette espèce d’agression conjointe de ses deux faces (Kerbrat-Orecchioni, 1992, p. 201).
 
La présence du conditionnel fonctionne comme une variante adoucissante de l’indicatif (Kerbrat-Orecchioni, 1992 : 205)
 
atténuer consiste à produire un énoncé, mais un énoncé qui est en apparence inoffensif, c’est-à-dire non nuisible aux interlocuteurs : inoffensif pour le locuteur puisque l’atténuation lui permet de préserver une image positive aux yeux de son interlocuteur qui ne se sent pas agressé" (Caroline Foullioux, Didier Tejedor de Felipe, pag. 114)
 
Recourir à l’atténuation répond aussi au besoin ou au désir, de la part du locuteur, de projeter un ethos positif d’individu respectueux, par exemple (Caroline Foullioux, Didier Tejedor de Felipe, pag 115)
 
L’emploi du couple "atténuateur oui non" se révèle alors comme une pratique discursive stratégique qui permet à un locuteur de montrer son désaccord, de nuancer les propos d’un locuteur ou d’apporter un argument contraire de manière appropriée à la situation, dans le respect des individus, de leur statut, de leur position d’expert et dans la déférence. Elle permet aux locuteurs de modaliser leur discours et de préserver la face de leurs interlocuteurs ou de ne pas la menacer lors d’une prise de position contraire ou d’une réfutation" (Andre, 2006, 412).
 
"Oui non mais" : "Ce "micro-système" semble lui aussi fonctionner comme un "atténuateur" qui permet de minimiser les risques de confrontation dans une situation qui l’autorise peu. Les impératifs attends et attendez sont souvent accompagnés par un des deux termes oui ou non qui accentue leur valeur d’atténuation ou marque une transition entre ce qui vient d’être dit et ce qui va être dit. La formule oui non mais attends peut être analysée comme la construction progressive d’un point de vue divergent. Le oui informe les interlocuteurs que les informations qu’ils viennent de communiquer ont été comprises et sont prises en compte. Le non indique que le locuteur n’est pas d’accord avec ces mêmes informations. Enfin, le bloc mais attends, également fréquemment rencontré dans des situations de conversations quotidiennes, communique aux participants que le locuteur L1 est en possession d’éléments supplémentaires qu’il va apporter .(Andre, 2006, pag 419).
 
La communication exolingue est "celle qui s’établit par le langage par des moyens autres qu’une langue maternelle éventuellement commune aux participants" (Porquier, 1984, pag.18)
 
6. Bibliographie
Andre, V. (2006). Construction collaborative du discours au sein de réunions de travail en entreprise: de l’analyse micro-linguistique a l’analyse socio-interactionnelle. Le cas d’un parc départemental de l’équipement. Volume I (Thèse du Doctorat en Sciences du langage. Université Nancy 2 Ecole Doctorale "Langage, Temps, Société"
Bae, J et Park, D (2013). L’enseignement de la politesse dans la classe de français langue étrangère en Corée. Revue japonaise de didactique du français, vol. 8. n. 1, Études didactiques - septembre 2013.
Caroline Foullioux, Didier Tejedor de Felipe"À propos du mode et de l'atténuation », Langue française 2004/2 (n°142), p. 112-126. DOI 10.3917/lf.142.0112 URL: https://www.cairn.info/revue-langue-francaise-2004-2-page-112.htm
Champagne-Muzar, C., et Bourdages, J. (1998). Le point sur la phonétique. Paris : CLE International. Charaudeau, P., "Étude de la politesse entre communication et culture"", In Cozma A-M., Bellachhab A., Pescheux M. (dir.), Du sens à la signification. De la signification aux sens. Mélanges offerts à Olga Galatanu, Bruxelles, 2014, pp. 137-154., 2014, consulté le 20 mai 2018 sur le site de Patrick Charaudeau - Livres, articles, publications.URL: http://www.patrick-charaudeau.com/Etude-de-la-politesse-entre.html
Elodie Oursel. Le refus de service dans les administrations : quelles formes d’atténuation pour ces actes menaçants et quelles offres de compensation ?. Signes, Discours et Sociétés : Revue semestrielle en sciences humaines et sociales dédiée à l’analyse des Discours , Université Galatasaray, 2012, La force des mots: les mécanismes sémantiques, http://www.revue-signes.info/document.php?id=2806
Foullioux, C & D. Tejedor de Felipe. 2004. A propos du mode et de l’atténuation. Langue française 142, 112-126.
Hyland, K. (2000). Hedges, Boosters and lexical invisibility: noticing modifiers in academic texts. Language Awareness 9 (4): 179-197
Jean-Claude Anscombre, "L'imparfait d'atténuation : quand parler à l'imparfait, c'est faire", Langue française 2004/2 (n°142), p. 75-99.DOI 10.3917/lf.142.0075
Kerbrat- Orecchioni, C. Traverso, V. (2008) Les interactions en site commercial Invariants et variations.
Kerbrat-Orecchioni, C. 1990, 1992. Les interactions verbales. Tomes I et II. Paris, Armand Colin.
Medina, I. (2012). “Los elementos atenuadores para expresar desacuerdo en el discurso oral de estudiantes E/LE universitarios de nivel B1 en contexto de inmersión. Estudio cualitativo”, Revista Nebrija de Lingüística Aplicada 11 (6): 104-143
Oursel Élodie. Le refus de service dans les administrations : quelles formes d’atténuation pour ces actes menaçants et quelles offres de compensation ?. Signes, Discours et Sociétés [en ligne], 9. La force des mots : les mécanismes sémantiques de production et l’interprétation des actes de parole "menaçants", 30 juillet 2012. Disponible sur Internet : http://www.revue-signes.info/document.php?id=2806. ISSN 1308-8378.
Porquier, R. 1994. Communication exolingue et contextes d'appropriation. In B. PY (éd.) L'acquisition d'une langue seconde. Quelques directions théoriques récentes. Bulletin VALS / ALSA 59, pp. 159-170
Ravazzolo, E., Traverso, T., Jouin E., Vigner., G : Interactions, dialogues, conversations: l’oral en français langue étrangère. Hachette 2015
Thaler V. (2008). L’Enjeu de la compétence pragmatique en langue étrangère : une étude sur les procédés de mitigation en allemand L1 et L2. Revue de linguistique appliquée, vol. 11, 3 : 193-214.
Véronique Traverso, "Interactions ordinaires dans les petits commerces : éléments pour une comparaison interculturelle ", Langage et société 2001/1 (n° 95), p. 5-31. DOI 10.3917/ls.095.0005
Véronique, D. 2002. Enjeux des acquisitions grammaticales et discursives en langue étrangère : Présentation éditorial. Marges linguistiques, vol. 4, Novembre 2002.